Le M.E.P.R.O.G.

Mon Enfant Progresse-t-il ?

AUTRES CAUSES DE L'ÉCHEC SCOLAIRE

Les statuts des enseignants sont une cause majeure du dysfonctionnement actuel.

Pourquoi ?

1° Aucune exigence ni certitude quant à la qualité du travail de préparation fourni

Le Décret-Cadre relègue à domicile et en solitaire la préparation des cours.  C’est une énorme erreur.  Certains enseignants préparent très sérieusement leur travail et y passent des heures, sans aucune considération.  D’autres se contentent du minimum légal. Or, l’on sait que la qualité de l’enseignant (donc de son enseignement) est un facteur déterminant du développement intellectuel des enfants et  responsable de la différence de niveau entre les élèves.

Enquête McKinsey: A potentiel égal, les élèves bénéficiant d’un enseignant de grande qualité parviennent au 90èmerang centile, alors que ceux qui travaillent avec un enseignant de moindre qualité n’obtiennent que le 37ème rang centile.

La qualité des enseignants est un facteur clé pour expliquer les différences de niveau entre les élèves.

Qualité d’un enseignant: maîtrise des compétences dans les matières à enseigner, motivation à enseigner, compétences de communication et d’intelligence émotionnelle, aptitude à la résolution de problèmes, capacité et volonté de se remettre en question en cours de carrière, travail en équipe…

SOURCE: Les clés du succès des systèmes scolaires les plus performants, McKinsey 2007

2° Travail à temps partiel autorisé

Le travail à temps partiel n’est pas dérangeant pour les maîtres spéciaux ou AESI.  Par contre, pour les instituteurs titulaires, tant maternels que primaires, le temps partiel met en péril la continuité des apprentissages et la concertation, pourtant obligatoire.

Cf rubrique « Autres causes de l’échec scolaire/Décret-Cadre/3ème constat

3° Formation initiale et continuée médiocres

La formation initiale est non seulement insuffisante et médiocre mais est aussi directement en lien avec le niveau des étudiants qui entrent dans les Hautes Ecoles.  Dans un cas sur deux, ce n’est pas leur premier choix.  Parmi les meilleurs étudiants de rhéto, peu choisissent  de devenir instituteurs car le métier n’est pas du tout attractif.

4° Aucun code de déontologie à respecter

Pour l’instant, il n’existe pas de code de déontologie de la fonction enseignante.

5° Aucune évaluation sérieuse des enseignants et des directions

6° Systèmes de priorités et nominations définitives (ou engagements à titres définitifs)

Ces systèmes se basent uniquement sur un calcul de nombre de jours, en aucun cas sur les performances d’un enseignant.

Les enseignants « nommés » sont quasiment intouchables dans le système et ils le savent !

Copyright © 2014-2015. Andreas. S - Tous droits réservés